Appliance virtuelle

Découvrir l’appliance

Pour évaluer notre offre, il suffit de 3 étapes : Installer VMWare, télécharger l’appliance et la lancer.
Cette machine vituelle contient une installation basique sans aucune sécurité, elle n’est aucunement destinée à une utilisation en production.

Télécharger la machine virtuelle pour VM Player

La configuration de la machine virtuelle est la suivante :

Système d’exploitation Centos 6 (32bits)
Base de données MariaDB

Composants complémentaires :

PhpMyAdmin Gestionnaire de base de données
GIT Gestionnaire de versions
GraphViz Génération de graphes orientés

Connexion

Pour se connecter, on choisit le compte JobScheduler (osjs), le mot de passe est osjs.

Le compte administrateur est root avec le mot de passe root.
Ce compte est aussi utilisé pour la base de données.

Ecran principal

Trois lanceurs permettent d’accéder directement aux principaux utilitaires :

* Le pilotage permet d’agir sur ses traitements par un client léger

* La conception ouvre le Job Object Editor pour créer ou modifier les objets d’ordonnancement

* Le suivi est un client lourd directement connecté sur la base de données

Pilotage

Le Pilotage est accessible par navigateur web directement connecté au JobScheduler.

L’ordonnanceur embarque un serveur HTTP qui permet de réaliser tout type de commande en utilisant une syntaxe XML.

Conception

La Conception est un éditeur qui permet de créer et modifier les fichiers XML déposés dans le répertoire LIVE.
Bien que le résultat soit un fichier XML, il est fortement conseillé d’utiliser l’éditeur pour modifier ces fichiers.

Cela concerne aussi bien les définitions (traitements, chaînes, ordres, planifications, verrous, machine distantes...) que le fichier de configuration du moteur ou les règles du gestionnaire d’évènements.

"Live folder"

Le live folder est le répertoire dans lequel on stocke les objets créés par le Job Object Editor (JOE). Le moteur le scrute régulièrement pour prendre en compte tout changement et l’intégrer dans le calcul de l’ordonnancement des traitements.

Par défaut, le live est directement dans le répertoire config. Vous pouvez créer de nouveaux répertoires et ainsi organiser vos traitements dans une arborescence.

Objets

Pour accéder à l’ensemble des objets d’un répertoire, il faut cliquer sur le classeur rouge de la barre d’outils.

Travailler avec un répertoire permet de sélectionner simplement les objets pour les lier entre eux.
Par exemple, vous créez une nouvelle classe de processus qui sera accessible dans la définition job, qui sera lui même accessible dans la définition de la chaîne et ainsi de suite.
L’ensemble des objets et les paramètres de chaque objet est directement accessible par le panneau de gauche.

Options d’un job

Cet exemple montre les premiers niveaux de paramètres pour un traitement. L’arborescence permet d’accéder à n’importe quel paramètre quel que soit le niveau de profondeur de celui-ci.

Cette profondeur correspond au niveau de complexité de l’objet, généralement le premier écran est suffisant pour créer l’objet.

Suivi global

Le suivi global (Dashboard en anglais) est un outil directement connecté à la base de données. Il permet d’accéder aux informations d’historique dans solliciter le moteur.

Chaque JobScheduler peut disposer de sa propre base de données ou utiliser une seule base pour tous. Dans ce deuxième cas, le suivi permet de voir les traitements de l’ensemble des machines sur un même écran.

Plan des traitements

Bien que le moteur soit évènementiel, et donc capable de gérer les informations au fur et à mesure des changements, un plan permet de suivre les traitements planifiés.

Le principe est de créer régulièrement la liste des traitements planifiés puis de comparer cette liste à ce qui est réellement exécuté. Les différences entre le réel et le prévisionnel sont visibles par un code couleur sur la liste des traitements.

3 janvier 2014